Chargement...

Maud Laëthier, Anthropologue, Chargée de recherche à l’IRD, Responsable Axe 2.

Coordonnées professionnelles 

URMIS, Université Paris Diderot, Paris Rive Gauche, Bâtiment Olympe de Gouges - rue A. Einstein- Paris XIII / Faculté d'Ethnologie, Université d’État d’Haïti, 10 rue Magloire Ambroise, HT-6110 Port-au-Prince, Haïti
Email : maud.laethier@ird.fr


Thèmes de recherche 

Migrations haïtiennes ; constructions identitaires dans les sociétés post-esclavagistes ; circulations migratoires dans la Caraïbe ; dynamique de créolisation et processus d’ethnicisation ; histoire de l’ethnologie haïtienne.



Intitulé de la recherche au sein d’ALTER

« Mémoire locale » et héritage partagé à Casale.



Axe 2. Histoires orales alternatives, modes de résistance et d’oppression. 

Résumé de la recherche au sein d’ALTER.

Le travail porte sur le double héritage historique qui marque la localité de Casale (département de l’Ouest) en Haïti. Le registre de l’histoire politique est ici mobilisé selon deux temps, d’une part, l’implantation, au début du XIXème siècle, de soldats étrangers polonais, posés comme des “héros fondateurs” du lieu, et, d’autre part, l’événement meurtrier de 1969, pendant la dictacture duvaliériste, et à partir duquel des départs vers l’étranger se seraient organisés.
La constitution et la transmission de ce double héritage (à l’échelle familiale, régionale et nationale), au sein duquel des figures héroïques sont dessinées, sont au centre de l’analyse. La genèse et l’implication dans le présent de ces figures singulières sont mises en lien avec l’expression d’une identité attribuée à la localité. Il s’agit de cerner la construction de ces “temps historiques”, qui entrent dans l’élaboration d’un “patrimoine local”, et de saisir le prolongement de ce passé, qui vient doter de sens des pratiques contemporaines qui, tantôt enracinent des “héritages”, tantôt les font voyager. Des procédures d’élaboration du passé aux opérations à partir desquelles les acteurs, collectivement et individuellement, s’y réfèrent, c’est la question de la dimension mémorielle en tant que support identitaire qui se construit à la faveur de « temps politiques », à la fois lointains et proches, à la fois noms propres et périodes historiques, qui se trouve engagée.



Principales publications

  • 2009, « Espaces et mémoire. Circulation du vodou haïtien à partir de la Guyane », in V. Baby-Collin, G. Cortès, L. Faret, H. Guétat-Bernard (dirs.), Migrants des Suds. Montpellier, IRD Éditions, collection « Objectifs Suds », p. 393-411.
  • 2010, « Identifications and Kinships among Haitians in French Guiana. Observations on a Diaspora » in Ph. Zacaïr (ed.), Haiti and the Haitian Diaspora in the Wider Caribbean. New World Diasporas Series, Library Binding, University Press of Florida, p. 82-102.
  • 2011, Être Haïtien et migrant en Guyane. Paris.  Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS), section Anthropologie, collection « Le regard de l’ethnologue », n°26, 320p.
  • 2014, « The role of Suriname in Haitian migration to French Guyana. Identities on the move and border crossing », in E. B. Carlin, I. Léglise, B. Migge, P. Tjon Sie Fat (eds), In and out of Suriname: language, mobility and identity. Brill, Leiden Boston, 229-251.
  • 2014, « Des Amériques Noires à la diaspora noire dans les Amériques. À propos des lectures socio-anthropologiques », in J.P. Byron (dir.), Production du savoir et construction sociale. L’ethnologie en Haïti, Presses de l’Université Laval, Québec & Editions de l’UEH, Port-au-Prince, 197-213.