Chargement...

Christelle Lozère-Bernard, Historienne de l’art, Maître de conférences à l'Université des Antilles

Coordonnées professionnelles 

Laboratoire EA. 929. AIHP-GEODE, Campus universitaire de Schœlcher, B.P. 7207 97 275 Schœlcher, Martinique .
Email : lozerechristelle@yahoo.fr


Thèmes de recherche 

Histoire des représentations sur les Antilles époque moderne et contemporaine (étude plus précise sur le « doudouisme » en art) ; Arts et réseaux d’artistes en situation coloniale ; expositions, musées et identités coloniales aux XIX-XXe siècles ; Bordeaux et la « culture coloniale » 1850-1940.

Intitulé de la recherche au sein d'ALTER

Sport, corps et fabrication des héros aux Antilles.

Axe 3. Histoires orales alternatives, professionnalisation et supports. 

Résumé de la recherche au sein d’ALTER.

L’emprise du régime de Vichy se traduit aux Antilles par l’aggravation de l’oppression coloniale et le renforcement des inégalités sociales.
Paradoxalement, la vie artistique aux Antilles connaît un souffle nouveau, un dynamisme attendu, mais inespéré. La réforme de l’enseignement mise en place par Pétain répond, en effet, à une volonté ancienne de développer, dans les « vieilles colonies », les arts et l’enseignement des arts appliqués dans des écoles spécialisées.
Cet élan artistique est fortifié par la présence d’artistes européens (André Breton, Wifredo Lam, Louis Jouvet, Joseph de la Nézière, François Géo, René Hibran, etc.), contraints de séjourner en Martinique et en Guadeloupe, immobilisés par le blocus maritime alors qu’ils tentaient de fuir la guerre en Europe. Sur le modèle de Gauguin, certains plasticiens créeront leurs ateliers des Tropiques et se mêleront à la population insulaire. Dans cette dynamique autonomiste, une école des Arts appliqués est créée en 1943 à Fort-de-France, elle ambitionne de faire rayonner l’art antillais dans l’espace caribéen par la mise en valeur de ses potentialités (forme, matière, couleur, sujet). Elle constituera très vite un foyer de contestations et de rebellions dénonçant l’oppression du pouvoir colonial par la présence dans l’équipe enseignante de figures de la négritude (Suzanne Césaire, Joseph Zobel, atelier 45, etc.).
La recherche portera sur l’artiste engagé du patriote au subversif, à travers sa volonté d’encourager, par la création plastique, une prise de conscience qu’elle soit artistique et/ou politique, dans la rupture ou la continuité, l’autonomie ou la dépendance à la suprématie des modèles.



Principales publications

  • 2015 (à paraître), Les Salons coloniaux 1850-1896, Paris, Prix du Musée d’Orsay.
  • 2015, « Germaine Casse et la mission de 1923 en Guadeloupe un mirage politique ? », « Nos artistes aux colonies », Sociétés, expositions et revues dans l’empire français 1851-1940, Laurent Houssais et Dominique Jarrassé (dir.), Éd. Esthétiques du Divers.
  • 2014, « Expositions provinciales et identités coloniales au XIXe siècle » in Les expositions: propagande et construction identitaire à travers la fantasmagorie de temps modernes, Revue Diacronie Studi di Storia Contemporanea, n°18, chapitre 5.
  • 2007, « La création des musées commerciaux et coloniaux à la fin du XIXe siècle », revue Ultramarines,  AMAROM, Aix-en-Provence, Archives d’Outre-Mer, n° 25.
  • 2007, Bordeaux colonial 1850-1940, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, Coll. référence, 256 p.